L’abstraction en peinture…

Kandinsky

Dans l’histoire de l’art, la peinture a été majoritairement figurative, elle représentait des gens, des choses ou des paysages. En occident, les nouveaux peintres ont souvent cherché à dépasser leurs anciens en adoptant de nouvelles façons de voir le monde. C’est l’éternelle querelle entre les Anciens – la répétition des modèles classiques – et les Modernes qui cherchent constamment à s’affranchir du passé, à innover.

Une des plus grandes ruptures a été le fait de renoncer à la représentation figurative d’un sujet pour mettre sur la toile des formes qui ne se rattachent à rien de visible dans la nature. Cette peinture abstraite était donc entièrement le fruit de l’imagination et des émotions de l’artiste avec une emprise bien moins forte du réel. Cette invention est apparue au début du XXe siècle ; le peintre russe Vassili Kandinsky peint son premier tableau abstrait, sans titre, en 1910. Les formes sont courbes et colorées, elles ne sont que l’expression de l’artiste libre de l’influence de la réalité. D’autres peintres suivent la même mouvance. Un autre peintre russe, Kasimir Malevich, dessine des formes géométriques parfaites. En 1915, il peint un carré noir sur un carré blanc, c’est un choc violent pour lui-même et une grande nouveauté qui ne fait pas l’unanimité pour le public. On compte aussi dans ces premiers temps Mondrian, Delaunay, Kupka, Herbin…

En allant toujours plus vers le dépouillement, l’histoire de l’art aboutit ensuite au monochrome, une toile peinte uniformément avec une unique teinte… On peut alors, à juste titre, se demander où est la limite, si l’innovation ininterrompue justifie toutes les transgressions.

  • Kandinsky