Un éléphant à la place de l’arc de triomphe…

elephant-arc-triomphe

Au début du XIXème siècle, Napoléon I décide d’élever un monument à la gloire de ses soldats place de la bastille à Paris. Son choix s’arrête d’abord sur un projet d’immense éléphant, aménagé à l’intérieur, crachant de l’eau par sa trompe. L’idée est ensuite déplacée place de l’Étoile pour donner de la valeur au nouveau quartier de Chaillot en plein développement à l’époque. Une célèbre sculpture du Bernin à Rome, piazza della Minerva, montre d’ailleurs un éléphant surmonté d’un obélisque qui a pu servir d’inspiration. Napoléon qui avait déjà fait ériger l’arc de triomphe du Carrousel du Louvre cherchait effectivement un nouveau projet qui sorte de l’ordinaire.

L’éléphant n’est finalement pas retenu pour l’actuelle place Charles de Gaulle. L’empereur se ravise et préfère rester fidèle à la tradition impériale romaine où les arcs de triomphe étaient construits pour célébrer les victoires dans la Rome Antique. L’arc de Titus sur le Forum, par exemple, raconte la campagne des Romains contre les Juifs et la destruction du temple de Jérusalem.

L’arc de triomphe de l’Étoile, que nous connaissons, est, in fine, construit sur les plans de l’architecte Chalgrin et achevé qu’en 1836.

Un éléphant de plâtre est néanmoins construit place de la bastille, en attendant une version de bronze qui ne viendra jamais, la colonne commémorant les journées des trois glorieuses le remplaçant finalement.

  • elephant-arc-triomphe