La construction européenne, petite chronologie de l’agrandissement territorial

union_européenne

Au sortir de la seconde guerre mondiale, l’importance d’un rapprochement entre la France et l’Allemagne semble évident pour éviter une reproduction de l’hécatombe. C’est ainsi qu’en 1950, Robert Schuman, ministre français des affaires étrangères lance l’idée d’une solidarité du charbon et de l’acier entre les deux pays. En 1951 nait alors la Communauté européenne du charbon et de l’acier. Elle rapproche les six pays fondateurs de l’Europe, la France, l’Allemagne, l’Italie, et les Etats du Benelux.

La communauté s’approfondie ensuite avec la CEE, Euratom et l’union douanière avant de s’élargir en 1973 à l’Irlande, le Danemark et le Royaume-Uni, entrée de ce dernier rendue possible par la mort du général de Gaulle qui s’opposait à l’adhésion. En 1981, la Grèce franchit aussi le pas à la chute du régime des colonels et l’avènement de la démocratie.

Viennent ensuite en 1986 l’Espagne et le Portugal, pays eux aussi affranchis de la dictature.

Il faudra ensuite attendre une petite dizaine d’années, 1995, pour voir adhérer l’Autriche, la Suède et la Finlande. La Norvège reste à l’écart pour des raisons de désagréments économiques.

En 2004, une élargissement important a lieu avec dix nouveaux pays : Chypre, l’Estonie, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, Malte, la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie et la Slovénie pour former une union à 25.

En 2007, l’Union Européenne intègre la Roumanie et la Bulgarie ; la Croatie attendra 2013. C’est ainsi que l’Union européenne s’étend maintenant sur 4,5 millions de km2, soit plus de 8 fois la France métropolitaine et compte désormais 507 millions d’âmes.

  • union_européenne