L’étalon-or, un système appartenant définitivement au passé

etalon-or

L’or a sans doute été historiquement choisi comme monnaie d’échange pour sa rareté, pour son inaltérabilité, sa brillance et sa capacité à être fondu facilement. Dans un système monétaire basé sur l’étalon-or, le papier monnaie n’est présent que pour faciliter les échanges et les billets ne sont que des « certificats » permettant théoriquement d’obtenir la quantité fixée d’or à laquelle ils donnent droit auprès de la Banque Centrale.

Au cours de la première mondialisation des échanges à partir de la fin du XIXe siècle, l’étalon-or devient le système monétaire international et fait globalement croitre les pays qui l’on choisit en leur assurant de la stabilité. La grande guerre vient fragiliser le système car les pays fabriquent plus de billets que leurs réserves d’or pour financer l’effort de guerre.

Après la grande instabilité de l’entre-deux guerres et de la seconde guerre mondiale, les accords de Bretton Woods définissent un système où seuls les Etats-Unis sont adossés à l’étalon-or tandis que les autres monnaies possèdent un change flottant par rapport au dollar. N’étant plus capables d’assurer la convertibilité or, les Etats-Unis finissent par y renoncer en 1971 quand le président Nixon la suspend. Toutes les monnaies fluctuent maintenant les unes par rapport aux autres sur des marchés en fonction de l’offre et la demande.

Aujourd’hui, l’étalon-or n’existe plus, quelques nostalgiques voudraient le voir revenir en pensant que les dérives financières seront ainsi évitées. La principale peur lors de l’abandon de l’étalon-or était l’inflation, l’augmentation du niveau général des prix ; il faut bien convenir que, dans l’euro-zone tout particulièrement, cela n’est pas la principale préoccupation !

  • étalon-or
  • etalon-or