Pourquoi les Grandes Découvertes ont été faites depuis l’Europe?

carte-monde-chine

L’Europe est au XVe siècle un morcellement d’état en concurrence les uns avec les autres. La puissance de Venise dans la Méditerranée lui assure le monopole sur le trafic des épices venues d’orient et attise la convoitise de ses clients européens. Les puissances européennes sont donc poussées à voyager par d’autres routes inconnues afin de s’approvisionner indépendamment.

Dans ce contexte, des navigateurs proposent leur service et leurs projets fous de navigation vers l’inconnu aux monarques d’Espagne, du Portugal ou d’ailleurs. Christophe Colomb, né à Gênes en 1451, doit essuyer plusieurs refus avant de pouvoir lancer son expédition qui lui permettra de découvrir l’Amérique. Le Portugal, d’abord sollicité, ne désire pas le suivre dans ce projet hasardeux. C’est bien la compétition entre l’Espagne et le Portugal qui permet au navigateur de réaliser son voyage. Magellan connaitra exactement le même sort avant de pouvoir faire le premier tour du monde. La réussite d’un pays excite la convoitise des autres.

En Chine, où les techniques de navigation permettaient aussi de découvrir le monde, la logique était inverse. L’amiral Zheng He réalise au début du XVe siècle lui aussi des voyages immenses de Chine jusqu’en Arabie ; il rejoint même la côte orientale de l’Afrique. Gavin Menzies, un militaire britannique, avance même que les Chinois aurait pu réaliser un tour du monde. Ces projets d’expansion s’arrêtent ensuite brutalement sans doute à cause d’une querelle de palais. On peut penser que, la structure politique de l’empire chinois, parfaitement centralisée a pu empêché un navigateur d’aller proposer ses services dans l’Etat voisin concurrent comme l’ont fait Colomb ou Magellan, causant ainsi la fin de la tentative d’expansion chinoise.

  • carte-monde-chine