Confucius, le maître à penser de la Chine traditionnelle

Confucius

Confucius est la version latine donnée par les missionnaires catholiques jésuites de Maître Kong, en chinois Kǒng Fūzǐ. Figure historique devenue légendaire, Confucius nait en -551 à l’époque où la Chine est traversée par beaucoup d’instabilités.

Très respectueux des textes classiques chinois, il développe néanmoins sa propre interprétation dans ses entretiens. C’est un pédagogue réputé entouré de disciples nombreux. Il cherche à faire grandir ses élèves et en faire des individus indépendants, capables de penser par eux-mêmes : « Je lève un coin du voile, si l’étudiant ne peut découvrir les trois autres, tant pis pour lui. ». Son enseignement est d’abord destiné à ceux qui devront exercer la charge du pouvoir. Plus qu’un simple système politique, sa doctrine est une véritable philosophie de vie qui a marqué les Chinois et assuré la cohésion du pays pendant deux millénaires.

L’homme étant condamné à vivre en société, la pensée de Confucius cherche à réaliser l’harmonie dans les rapports entre les hommes. L’individu se doit pour cela d’être un junzi, gentilhomme sincère dans son cœur, habité par une morale positive qui respecte les rites sociaux et la hiérarchie existante de la société. Le fils ou le ministre se doit, par exemple, d’être soumis à son père ou à son prince tout en gardant la sagesse de lui faire des respectueuses remontrances lorsque celui-ci se trompe véritablement de voie.

Il meurt en -479 à 72 ans, après une longue vie sur les routes des différentes principautés de la Chine à dispenser son savoir à tous : « L’homme sage n’est pas comme un vase ou un instrument qui n’a qu’un usage ; il est apte à tout.  »

  • Confucius