Molière, un homme libre à l’époque du Roi Soleil

moliere

“Je hais les cœurs pusillanimes qui, pour trop prévoir, n’ osent rien entreprendre”  Molière

Jean-Baptiste Poquelin (1622-1673), dit Molière, fils d’ un tapissier du roi Louis XIII est né en 1622 à Paris. Après des études de droit, il s’ oriente vers le théâtre. Toute sa vie il est à la fois un homme de théâtre affranchi et un bourgeois qui a l’ appui des Grands du royaume. Il est, selon le mot d’Audiberti, “un athlète complet du théâtre” : comédien, directeur de troupe, metteur en scène et auteur.

Homme de théâtre affranchi ?

A 16 ans il découvre la comedia del arte grâce à l’acteur italien Scaramouche : toute sa vie Molière est sensible aux gestes, mimiques, masques et musiques qui rendent l’acteur  vivant et drôle, il crée des farces et pratique l’improvisation. Malgré son désir, il ne réussit pas comme acteur tragique  mais excelle comme bouffon.

Après la fermeture pour dettes de son 1er théâtre, l’Illustre Théâtre (1643-1645), pendant 15 ans il sillonne les routes du sud de la France avec roulottes et comédiens.

Victime du statut discrédité de comédien, il meurt sans avoir conquis de respectabilité définitive.

Bourgeois, soutenu par les plus grands ?

Molière – en bourgeois formé par les Jésuites – est en effet capable de jeter un pont  entre le peuple et les grands du royaume : il est soutenu par les princes et par  Louis XIV en personne à partir de  1665 : il a alors 43 ans et il maitrise à la fois divertissements et sujets plus graves.

En dix ans environ  entre 1660 et 1670, entre 40 et 50 ans, il crée ses plus grands chefs d’œuvre : les Précieuses Ridicules qui dénonce la vanité du beau langage, l’Ecole des femmes qui  crédite le sexe faible  de bon sens et d’ autonomie, le Misanthrope qui défend l’art d’accueillir chacun avec tolérance, Don Juan qui dénonce l’arrogance des libertins adultères et impies, le Bourgeois Gentilhomme qui se moque du snobisme, Tartuffe qui pourfend les faux dévots, leur hypocrisie et leur cupidité.

Homme-orchestre, Molière se bat jusqu’à sa mort sur scène à l’ âge de 51 ans pour défendre sa troupe, ses amours et ses convictions tolérantes dans une société corsetée  mais souvent hypocrite et brutale à l’égard des  faibles.

  • moliere