Le président Pompidou, un homme passionné de poésie.

pompidou

Georges Pompidou, qui fut comme chacun sait président de la République de 1969 à 1973, était un passionné de poésie. Il est à l’origine d’une anthologie de la poésie française qui est une référence dans le domaine. Il publie cette sélection de poèmes en 1961 en choisissant des œuvres qui vont chronologiquement de Eustache Deschamps (mort en 1404) à Paul Eluard (mort en 1952).

Homme de lettres, normalien, Pompidou avait parfois recours à la poésie dans ses discours politiques. En témoigne une célèbre réponse donnée à un journaliste lors d’une conférence de presse en septembre 1969. Juste après le suicide de Gabrielle Russier, un professeur accusé d’avoir eu une aventure amoureuse avec l’un de ses élèves, le président est interrogé sur l’affaire :

 « A Marseille, une femme est condamnée pour détournement de mineur, elle se suicide – vous même qu’avez-vous pensé ? »

 Préférant rester discret sur un cas qui semble l’avoir touché, il répond, après un moment d’hésitation, en citant quelques vers d’Eluard, écrits à propos des femmes tondues à la libération :

 « Comprenne qui voudra – moi mon remord ce fut la victime raisonnable au regard d’enfant perdu, celle qui ressemble aux morts, qui sont morts pour être aimés – c’est de Paul Eluard. »

 Reconnaissons que cela ne manquait pas de panache!

  • pompidou