Le stoïcisme, une philosophie de la sagesse et du bonheur…

marc-aurele
Cette philosophie a été créée en 301 avant J.-C. par Zénon de Cition en Grèce. Les adeptes de ce mouvement se rassemblaient autour d’un portique sur l’Agora à Athènes. En grec, le mot stoa, portique, a ainsi donnée le stoïcisme qu’on désigne aussi par l’Ecole du Portique. Ces penseurs les plus connus, du fait des écrits qu’il reste aujourd’hui, ont été, chronologiquement, depuis Zénon, Sénèque, le précepteur de l’empereur Néron, Epictète, un esclave affranchi et enfin Marc Aurèle, l’empereur philosophe. Ce mouvement de pensée, qui s’étend ainsi sur un période de cinq siècles, a profondément marqué l’Antiquité. Cette philosophie est une recherche du bonheur au travers de plusieurs principes fondamentaux. Il faut se conformer au réel, à l’ordre des choses, ne désirer que ce qui est dans notre pouvoir et endurer sans plainte ce qui ne dépend pas de nous. De cette manière, le sage parvient à la paix des sens – ou ataraxie – en se libérant de ses troubles intérieurs. On accède ensuite à la liberté en acceptant l’ordre universel des choses et en devenant le maître de sa volonté. En opposition au sage, le fou est celui qui désire ce qu’il ne peut atteindre et trouble l’ordre du monde. Marc Aurèle était empereur, Epictète, esclave ; chacun d’eux remplit avec droiture la place qui lui était désignée dans l’univers sans chercher à bouleverser l’ordre du monde…

  • marc-aurele