Les espèces menacées dans le monde, comment enrayer un phénomène qui semble inexorable ?

braconnage

L’échelle établie par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) afin de classer les espèces selon le danger d’extinction qui la menace comprend huit catégories, allant de « préoccupation mineure » à « éteint ». Cette ONG est la première par sa taille à lutter pour la biodiversité, elle est basée en Suisse au bord du lac Léman et emploie plus de mille personnes à travers le monde. Juste avant le stade 7 (éteint à l’état sauvage), le stade 6 le plus critique touche de nombreuses espèces comme les crocodiles de Thaïlande, les anguilles d’Europe ou les Tigres de Sumatra.

Deux espèces sont aussi souvent données en exemple tant leur destruction systématique par les braconniers suscite l’émoi. Ce sont les éléphants et les Rhinocéros d’Afrique. Les premiers sont prisés pour leur ivoire, les seconds, pour leur corne. Contre tout fondement scientifique, la corne broyée est consommée par les Chinois et les Japonais pour sa vertu aphrodisiaque, ceci peut-être à cause de l’accouplement de cet animal qui dure particulièrement longtemps. Un kilo de poudre de corne de rhinocéros s’échange 50000$ en Chine. Il est donc très difficile de combattre le braconnage tant la prime pour le chasseur africain est importante.

En ce qui concerne ces deux espèces, les statistiques sont désastreuses. Il y avait 1 million de Rhinocéros en 1800, on en compte aujourd’hui  que 19000 sur l’ensemble de la planète, ceux vivant en captivité y compris. En 2013 on compte dans le monde 500000 éléphants. 25000 auraient été abattus en 2011 et 30000 en 2012. A ce rythme, les éléphants pourraient disparaître d’Afrique Centrale dès 2025. Il n’y a plus en 2014 d’éléphants en République Centrafricaine. Pour l’UICN, les éléphants d’Afrique sont au stade vulnérable, 4 sur leur échelle.

  • braconnage