Pourquoi les tibétains ont une espérance de vie si importante considérant leur environnement ?

tibetains

Les tibétains vivent sur les hauts plateaux du Tibet dans la chaîne de l’Himalaya. L’oxygène y est beaucoup plus rare qu’au niveau de la mer et le froid continuel. Tous les hommes peuvent progressivement s’acclimater à l’altitude mais il en résultera des risques nouveaux pour le corps humain. Le sang devient plus épais par concentration plus importante de globules rouges faisant face à la rareté de l’oxygène. Des caillot sont plus à même d’apparaître et le risque d’anévrisme ou de thrombose est par conséquent plus important.

Pour les tibétains cela n’est pas le cas. Cette faculté, ils la doivent à un gène qui n’est pas à proprement parler humain ! Ce gêne viendrait en effet d’une autre espèce, qui n’est ni l’homme d’aujourd’hui, ni l’homme de Neandertal, mais l’hominidé de Denisova dont des restes ont été retrouvés en Russie actuelle. Ce gêne spécifique a été transmis par l’union ou plus probablement les unions d’homos sapiens (dont nous descendons directement) et d’hommes de Denisova. Ce gêne, présent dans les chromosomes de plusieurs populations d’Asie, permet de stimuler la fabrication de globules rouges, d’augmenter la taille des capillaires dans le système vasculaire et de produire certaines protéines à même de générer de l’énergie lorsque le besoin se fait sentir. Les tibétains sont par conséquent bien mieux armés pour faire face à la vie dans les cimes et au froid glacial.

  • tibetains