Le polo, un sport d’aristocrates ?

polo

Il semble que le polo soit né au troisième millénaire avant JC en Asie Centrale. Dès le début, il est considéré comme un divertissement d’excellence ; une inscription persane très ancienne déclare d’ailleurs : « Laissons les autres jouer à d’autres jeux ; le roi des jeux est toujours le jeu des rois ». Activité de plaisir et d’entrainement pour les troupes d’élite de cavalerie en temps de paix, le polo, c’est peu a peu codifié.

Les premiers occidentaux à embrasser ce sport sont les anglais aux Indes au milieu du XIXe siècle. Ils le répandent ensuite dans leurs colonies ou dans les pays où ils émigrent. C’est ainsi que le polo s’acclimate en Argentine, au Etats-Unis, en Australie. En France, il trouve un essor particulier dans l’entre-deux guerres.

Le jeu se déroule sur un terrain équivalent à plus de cinq terrains de football, soit 275 sur 145 mètres. Ils opposent deux équipes montées de quatre joueurs chacune qui doivent marquer le plus de buts avec une boule que chaque joueur tape avec un maillet. Le jeu se compose habituellement de 4 à 8 chukkas de 7 minutes et demie.

Sport très onéreux, il est réservé à la grande bourgeoisie qui peut assurer l’entretien de chevaux, ils changent en effets à chaque arrêt de jeu de trois minutes entre chaque chukka. L’équipe type est souvent composée d’un financier et d’un champion qui excelle.

  • polo